Image10.jpg - b

Aux vibrations obtenues grâce aux contrastes de couleurs, on peut ajouter celles que procure la ligne « décalibrée ».

Il s’agit d’une ligne effilochée, qui exprime le mouvement, la fragilité, la confrontation des contraires (chaud et froid, aérien et solide, minéral et vivant, proche et lointain, etc).

Exploitée par de grands peintres qui ont travaillé des années à sa mise au point (Nicolas de Staël, Van Gogh, Picasso), elle est aussi difficile à trouver que « les rythmes dans la nature ». Elle n’obéit à aucune règle.
Les EAGE proposent d’importants exercices à son sujet.